Blog: http://lapsus.ilcannocchiale.it

Coppie e famiglie, di fatto. Al GayLesbianTransBisexual Pride di Milano

GayLesbianTransBisexual Pride di MilanoOrgoglio GLBT (gay – lesbian – trans - bisex) Migliaia di persone e 12 bandiere Pride Milano 04: sfilano i vessilli dei 12 paesi in cui esiste una legge che tutela le coppie di fatto. Party di chiusura con Ivana Spagna Web Staff, 5 giugno 2004 Gay Pride: migliaia al corteo nel centro di Milano (ANSA) - MILANO, 5 GIU - Migliaia di persone partecipano a Milano al colorato corteo del Gay Pride 2004, con in testa Franco Grillini e Alessandro Cecchi Paone. La manifestazione e' aperta da uno striscione, con i colori arcobaleno della pace, che sintetizza il tema della manifestazione di quest'anno: 'Famiglie di fatto, di fatto famiglie!'. Tema della giornata e' infatti il riconoscimento delle famiglie di fatto e nel corteo vi sono le bandiere di dodici Stati europei in cui esiste una legge che le tutela. Da "La Repubblica" del 05.06.04 di Luigi Bolognini Gay Pride, la sfilata dei 50mila Dopo le polemiche per il passaggio in piazza Duomo, oggi è il giorno del corteo dell´orgoglio omosessuale. "Chiediamo pari diritti per le coppie dello stesso sesso" È il giorno del Gay Pride. Una sfilata di 50mila persone, queste le aspettative, che partirà da via Palestro alle 17 per raggiungere il Castello alle 19.30 dopo essere passato per le strade del centro: corso Venezia, San Babila, via Matteotti, piazza Scala, piazza Duomo, via Cordusio. Il passaggio in Duomo, prima negato con una decisione che aveva suscitato polemiche politiche e accuse di censura e poi autorizzato, è «marginale, tocchiamo solo un angolo della piazza, e non abbiamo intenti dissacratori o anticlericali» assicurano gli organizzatori. Che dicono: «Sarà solo una festa dell´orgoglio di essere gay, lesbica, bisessuale o trans, una festa allegra e divertente con cui rivendichiamo pari diritti». Non a caso lo slogan è "Famiglie di fatto, di fatto famiglie", per l´istituzione in Italia del Pacs, il patto civile di solidarietà che già esiste in Francia e da ieri anche in Svizzera. «È il dodicesimo stato europeo a riconoscere legalmente le coppie gay e lesbiche - dice il segretario dell´Arcigay Sergio Lo Giudice - L´opposizione della maggioranza parlamentare italiana tiene il nostro paese inchiodato a oscurantismo e inciviltà». Ma le coppie di fatto andrebbero riconosciute non solo dallo Stato ma anche dalle Regioni. La pensa così il segretario lombardo dello Sdi Roberto Biscardini che ha presentato un progetto di legge in questo senso al Pirellone. I socialisti sono uno dei partiti che aderiscono al Gay Pride: gli altri sono Ds, Verdi, radicali e umanisti, oltre che Cgil e Uil. A fine corteo, in piazza Castello, si esibiranno Jo Squillo e Viola Valentino, in serata alla discoteca Borgo del tempo perso in via Fabio Massimo canterà Ivana Spagna. Arcigay Samedi 5 juin 2004 Un premier mariage homosexuel sur fonds de manifestations et de polémiques politiques --par Pierre Sauvey-- AP | 05.06.04 | 18:13 BEGLES, Gironde (AP) -- Dans une atmosphère à la fois tendue et confuse, Stéphane Chapin et Bertrand Charpentier se sont dit «oui» samedi à l'hôtel de ville de Bègles (Gironde), où leur union -le premier mariage gay en France- a été célébrée par le maire Noël Mamère. Réaffirmant l'opposition du gouvernement, le ministre de l'Intérieur Dominique de Villepin a annoncé qu'il engageait une procédure de sanction administrative contre l'élu Vert. Si le mariage de Stéphane Chapin, un aide-soignant de 34 ans, et Bertrand Charpentier, un magasinier de 31 ans, s'est déroulé dans la plus grande émotion à l'intérieur, c'est un climat extrêmement tendu qui régnait devant la mairie. Environ 500 personnes, favorables au mariage et opposants, sont restés face à face en échangeant des slogans, souvent très violents de la part des opposants. Deux cents policiers étaient chargés de prévenir tout incident et un leurre avec deux faux mariés, qui ont dû fuir devant des manifestants, a été organisé pour permettre au vrai couple de pénétrer dans l'enceinte de la mairie. En début de matinée, Philippe de Villiers, ceint de son écharpe tricolore, était venu effectuer une brève déclaration devant l'hôtel de ville béglais «au nom de milliers d'élus qui s'opposent à ce mariage». Il a demandé au président Jacques Chirac «d'intervenir avec une parole forte» et au Premier ministre d'engager la procédure de révocation du maire de Bègles qui a failli à sa mission». Sitôt le mariage célébré, le ministre de l'Intérieur Dominique de Villepin a annoncé qu'il lançait une procédure de sanction contre Noël Mamère. Le garde des Sceaux Dominique Perben a pour sa part indiqué qu'il demandait, «conformément à la loi, qu'une requête en nullité soit immédiatement présentée au tribunal de grande instance de Bordeaux». Dans ce contexte très passionnel, les deux mariés ont reconnu avoir ressenti «beaucoup de stress, mais aussi beaucoup de rêve et beaucoup d'émotion». Ils sont arrivés dans une Rolls Silver Shadow bronze métallisé de 1971, avec chauffeur, prêtée spontanément par un collectionneur bordelais. Ils ont affirmé ne pas avoir encore mesuré le fait de représenter un symbole. «Il faut peut-être nous laisser le temps de voir, de souffler», a expliqué Stéphane. «Si on est venu jusqu'ici, c'est qu'on assume. Si nous avons un message à faire passer, c'est: faites comme nous, soyez tolérants, aimez-vous et allez jusqu'au bout de vos rêves», a lancé Bertrand. Vis à vis de Noël Mamère, tous deux lui disent «un grand merci» et «l'applaudissent». Ils ont rappelé s'être rencontré il y a trois ans. «C'est Bertrand qui m'a demandé en mariage le 25 décembre dernier», a confié Stéphane. «Nous pensions en fait nous 'pacser', mais quand Noël Mamère a dit qu'il était prêt à marier deux personnes de même sexe, nous avons décidé de foncer. C'est pour la vie entière, sinon nous ne l'aurions pas fait», ont-ils ajouté. Lors de la cérémonie elle-même, Noël Mamère a demandé à chacun d'eux s'il souhaitait «prendre (l'autre) pour époux», avant de les déclarer «unis par les liens du mariage». Très ému lorsqu'il leur a tendu le livret de famille, Noël Mamère avait les larmes aux yeux. «Votre mariage est le premier, mais j'espère qu'il va se banaliser. Je vis des moments difficiles, mais un homme politique doit savoir prendre ses responsabilités». Après l'annonce de la réaction du gouvernement, l'ancien candidat des Verts à la présidentielle a immédiatement réagi. «Je pense que le gouvernement est en train de vouloir donner des signes à la partie la plus conservatrice de son électorat dans la perspective des élections européennes qui se présentent aussi mal pour lui que les régionales», a-t-il critiqué. «Pour qu'il y ait révocation, il faut que le conseil des ministres se réunisse et que le décret soit signé par le président de la République. Ce qui serait quand même un comble que d'être mis hors-la-loi par quelqu'un qui a été mis hors de portée de la loi par le Conseil constitutionnel et qui a plus affaire à la justice que moi», a-t-il poursuivi. «J'attends qu'on me prouve que j'ai fait une faute. Ca se plaide, donc on en est pas encore là. Je ne regrette rien, je continuerai, je suis là pour défendre l'égalité des droits», a poursuivi le maire de Bègles. Après cette célébration, l'histoire du premier mariage homosexuel français n'en est donc qu'à son début, puisqu'il entre maintenant dans sa phase judiciaire. Noël Mamère, le couple et leurs avocats sont prêts à aller jusqu'à la Cour européenne des droits de l'Homme. AP © Le Nouvel Observateur 2003/2004 Giovedì 3 Giugno 2004, 17:23 Gerusalemme: minacce al Gay Pride blindato Di Gay.it GERUSALEMME - La polizia di Gerusalemme e' stata posta in stato di allerta dopo che gruppi di ebrei ultraortodossi hanno minacciato di disturbare oggi la terza edizione della Gay Parade cittadina, intitolata: 'Amore senza confini'. La stampa scrive che agenti in borghese affiancheranno il servizio d'ordine per proteggere i partecipanti alla manifestazione, che nei rioni timorati sono stati definiti "corrotti, perversi, pedofili e violentatori". Un rabbino cabbalista piuttosto noto in Israele, David Bazri, ha avvertito ieri omosessuali e lesbiche che probabilmente rischiano di reincarnarsi in conigli e lepri, "animali di cui e' celebre - rammenta il religoso - l'estrema promiscuita' sessuale". Secondo i rabbini di Gerusalemme, la Gay Parade e' dunque "una vergogna per Israele in generale e per la Citta' Santa in particolare". Gli organizzatori prevedono che almeno quattromila persone prenderanno parte alla sfilata che in serata iniziera' nel centro della citta' e raggiungera' quindi un parco dove si terranno comizi e un concerto. Minacce di morte sono state lanciate nei confronti del sindaco di Gerusalemme Uri Lupoliansky (che e' un ebreo ortodosso) in quanto non ha vietato lo svolgimento oggi della manifestazione. Secondo il sito online Ynet, del quotidiano Yediot Ahronot, le minacce giungono da ambienti religiosi estremisti. Lo Shin Bet, il servizio di sicurezza interna, ha approntato per Lupoliansky una protezione rafforzata, affema Ynet. Per ulteriori articoli visita Gay.it Copyright © 2004 Yahoo! S.r.l. Tutti i diritti riservati.

Pubblicato il 5/6/2004 alle 23.16 nella rubrica Serendipity.

Il Cannocchiale, il mondo visto dal web